Pardon. Votre recherche ne correspond à aucun numéro de pièce ou ID de configuration Crucial actif.

Une nouvelle cryptomonnaie, le Chia, a généré de nombreuses discussions autour des besoins de stockage associés à la blockchain du Chia Network. Bien que la « culture » du Chia repose fortement sur les disques durs (HDD), les SSD hautes performances jouent également un rôle essentiel. Toutefois, puisque le protocole à forte intensité d’écriture du Chia peut s’avérer problématique pour la plupart des SSD du commerce, il est important que les « agriculteurs » potentiels comprennent les faits avant de se mettre à semer. Tout d’abord, une brève explication de la différence entre le Chia et d’autres cryptomonnaies nous aidera à comprendre ces défis uniques.  

Chia Network

Chia Network a été fondé par Bram Cohen, qui a également créé le réseau BitTorrent. Alors que les cryptomonnaies telles que le Bitcoin fonctionnent selon un algorithme de preuve de travail (proof of work), le Chia fonctionne selon un modèle de preuves d’espace et de temps (proofs of space and time) pour utiliser l’espace disque inutilisé. Chia Network se décrit comme le constructeur d’une blockchain décentralisée et d’une plateforme de transaction intelligente avec une efficacité et une sécurité accrues. Le livre vert de Chia Network déclare que l’ancien algorithme de preuve de travail « gaspille d’immenses quantités d’énergie et est moins sûr contre la centralisation du minage. » 

Preuves d’espace et de temps

Les preuves d’espace peuvent être un moyen de prouver que vous mettez de côté l’espace inutilisé sur votre disque dur pour la « culture » du Chia. Les preuves de temps correspondent à la période nécessaire pour passer entre les blocs. Une fonction de retard vérifiable (verifiable delay function, VDF) met en œuvre la preuve du temps pendant l’exploitation du Chia. Le calcul prend un certain temps, mais il est rapide à vérifier. Une caractéristique essentielle de la VDF est qu’elle nécessite un calcul séquentiel, ce qui signifie que l’exécution de plusieurs machines parallèles ne présente aucun avantage. Ce gaspillage potentiel d’électricité est considéré comme minimisé, c’est ainsi que le Chia se positionne comme une alternative verte aux autres cryptomonnaies. 

L’utilisation des analogies agricoles par Chia Network est intentionnelle. La suppression des données de vos lecteurs de disque revient à défricher un champ. L’installation du logiciel Chia sur un disque dur est appelée l’« ensemencement » de la blockchain Chia. Les utilisateurs sont appelés des « agriculteurs », qui stockent des chiffres cryptographiques dans des « parcelles », puis attendent que leurs « cultures » se développent. Lorsqu’une blockchain diffuse un défi pour le bloc suivant, les « agriculteurs » peuvent scanner leurs « parcelles » pour voir si leur hachage correspond au défi (ou se rapproche le plus de celui-ci). Si c’est le cas, c’est le moment de récolter.  

Le processus est similaire à la loterie. La probabilité qu’un « agriculteur » gagne un bloc est basée sur le pourcentage de l’espace total qu’il représente par rapport à l’ensemble du réseau, qui augmente chaque jour. Au fur et à mesure que de plus en plus d’« agriculteurs » s’impliquent dans le Chia, la probabilité de gagner un bloc diminue. 

SSD

Le besoin d’espace de stockage est central à la « culture » du Chia. La génération de fichiers de « parcelle » nécessite un espace de stockage temporaire, du calcul, et de la mémoire afin de créer, trier, et compresser les données dans un fichier final. Les « agriculteurs » utilisent généralement des SSD pour accélérer le processus avant de déplacer les données compressées vers des disques durs pendant qu’elles grandissent. Étant donné que la génération de « parcelles » est un processus à forte intensité d’écriture, les « agriculteurs » ont rapidement réalisé que l’endurance des SSD est un facteur important à prendre en compte. Étant donné que les SSD grand public sont optimisés pour des charges de travail plus légères, ils ne conviennent pas à la génération de « parcelles » de Chia. Au lieu de cela, l’équipe du Chia Network préconise l’utilisation de SSD pour data centers, qui ont des taux d’endurance plus élevés.  

Même si les SSD pour data centers sont mieux adaptés à la « culture » du Chia, ils peuvent être difficiles à acheter, car ils ne sont généralement pas vendus directement aux consommateurs. Cela peut inciter certains « agriculteurs » à utiliser des SSD grand public. Une simple analyse coût-bénéfice devrait les décourager. 

« N’utilisez pas de SSD grand public pour générer des parcelles ! Ou au moins, ne faites que quelques parcelles avec chaque SSD grand public. Aussi, ne nettoyez pas les casseroles antiadhésives avec de la laine d’acier, ne nettoyez pas les légumes avec du savon et n’utilisez pas votre téléphone comme butoir de porte. Il ne s’agit pas d’arguments contre la laine d’acier, le savon ou les téléphones, mais de directives élémentaires concernant l’utilisation correcte de vos outils. » — Bram Cohen, fondateur de Chia Network

Garanties

Tous les SSD Crucial bénéficient d’une garantie de 3 ou 5 ans en fonction du modèle, avec un nombre maximum d’octets écrits (TBW) dépendant de la capacité, selon la première éventualité. Voir tous les détails de la garantie.

Pour plus d’informations sur la « culture » du Chia, rendez-vous sur le site Web du Chia Network.